Le Château de CORDIRON
Accueil > Histoire du château de Cordiron

Histoire du château de Cordiron



Le château de Cordiron (commune de Burgille) trouve son origine au Moyen-Age ; il se situe à l'époque sur l'axe Besançon-Dijon. La première mention dans un document historique date de 1237. Dans son testament,  Etienne, comte d'Auxonne,  issu de la famille des comtes de Bourgogne,  lègue sa "forteresse de Cordiron" à son fils Etienne, seigneur d'Oiselay. Ce dernier est issu d'une liaison illégitime avec Blanche de Cicon. La famille d'Oiselay conserve la seigneurerie de Cordiron pendant plus d'un siècle, diverses familles se succèdent ensuite,  par mariage et alliance. On voit ainsi passer entre autres les d'Andelot, à l'époque également seigneurs de Pesmes. La famille de Semur (en Auxois) détient ce fief pendant deux générations au début du XVIème siècle.

Un pont-levis est installé,  probablement au cours du XVème siècle. Son emplacement est encore visible au centre de la façade principale.

Le château est ensuite divisé en deux parties inégales. La famille de Ferrières est un temps propriétaire de la plus petite part. Suite à un procès,  elle s'en trouve dépossédée.

La maison de Gorrevod,  originaire de la Bresse, reçoit par héritage la moitié du château au milieu du XVIème siècle, puis achète la seconde moitiée. C'est aux Gorrevod que l'on doit la construction du corps de logis au nord de la tour ainsi que de la tourelle d'escalier octogonale. Francois de Gorrevod, frère cadet du seigneur de Marnay, et époux de Louise de Malain, en donne dénombrement en 1584. Le domaine s'étend sur Cordiron,  Burgille, Jallerange,  Lantenne, Lavernay et Placey et comporte des centaines d'hectares de terres, prés,  forêts,  vignes et étangs. Le seigneur y exerce ses droits de haute,  moyenne et basse justice.

La puissante famille des Gorrevod (princes du Saint Empire, ducs de Pont-de-Vaux,  marquis de Marnay,  barons de Corcondray) conserve la seigneurerie de Cordiron jusqu'en 1681, année de son extinction par les mâles.

Leurs lointains cousins de Bauffremont héritent à l'issue d'un long procès de l'ensemble des biens des Gorrevod, et écartèlent alors leurs armes de celles des Gorrevod (d'azur à chevron d'or). Ils ne résident pas à Cordiron,  mais plutôt dans l'un de leurs nombreux autres châteaux, notamment à Scey-sur-Saône.

A la Récvolution,  les Bauffremont,  princes du Saint Empire,  ducs de Bauffremont,  marquis de Mirebeau, et cousins du Roi sutie à leur alliance avec l'héritière des Courtenay,  émigrent et leur biens sont confisqués au profit de la Nation.

Morcelées, les terres sont dispersées,  le château est divisé en trois part et vendu. Une famille des environs réuni progressivement les différentes parts et installe une ferme dans le château. Des travaux d'aménagement sont menés, modifiant pour partie des lieux, déteriorant certains éléments anciens. Cette exploitation agricole cesse au début des années 60, le bâtiment se dégrade rapidement,  notamment le corps de logis et la toiture du donjon.

Le monument est inscrit le 16 mai 1979.

En 2001, il est vendu à un passionné de restauration qui entame des travaux en particulier sur le corps de logis qui est remonté.

Il est revendu en 2006. Plusieurs campagnes de travaux importants sont menés à partir de 2009. Plusieurs projets sont encore à ce jour à l'étude par le propriétaire.

> Voir les actualités du château de Cordiron
CHATEAU DE CORDIRON - 1 CHEMIN DE LA TOUR CORDIRON - 25170 BURGILLE Contact - Actualités - Mentions légales - Liens - Plan du site